Sauter la barre de navigation du haut Passer au contenu principal
Homme regardant son téléphone.

Pourquoi négocier des options?

Dans la vie, c'est bien d'avoir des options. Le même principe s'applique également aux placements. À l'instar des actions et des obligations, les options sont des actifs dans lesquels on peut investir. Selon l'utilisation que l'on en fait, les options peuvent permettre de produire des gains en capital, de réduire le risque de marché et de générer des revenus.

Pour bon nombre de personnes, les options sont quelque peu déconcertantes, tout d'abord en raison de leur jargon : options d'achat, options de vente, contrats à terme, contrats à livrer, swaps, prix d'exercice... Il existe même des options d'achat et de vente à découvert. Mais tenez bon! Même s'il est vrai que certaines stratégies d'options peuvent s'avérer complexes, les options en tant que telles sont assez simples, en fait. En matière de négociation d'options, la clé consiste à se forger une opinion concernant ce qui va se produire avec un actif sous-jacent. Voici ce que nous entendons par là et comment peut se dérouler le tout.

Qu'est-ce qu'une option? Une option est simplement un contrat entre un acheteur et un vendeur au moyen duquel on spécule sur le prix futur d'un actif, comme une action. Puisqu'il s'agit d'un contrat, les acheteurs et les vendeurs ont certains droits et certaines obligations envers l'autre partie. Comme dans le cas des placements en actions, les acheteurs souhaitent payer le moins cher possible pour l'option, tandis que les vendeurs veulent obtenir le prix le plus élevé possible pour celle-ci.

On distingue deux principaux types d'options : les options d'achat et les options de vente. Les options d'achat donnent aux acheteurs le droit d'acheter un titre à un prix déterminé à l'avance, tandis que les options de vente donnent aux acheteurs le droit de vendre un titre à un prix déterminé à l'avance.

En quoi les options diffèrent-elles des actions? Parmi les principales différences, notons les suivantes : les options sont assorties d'une date d'échéance et d'un prix d'exercice; les options ne sont pas assorties de droits des actionnaires et ne donnent pas droit à des dividendes; et les options ne coûtent habituellement qu'une fraction du cours de l'actif sous-jacent.

Comment le prix des options est-il établi? On appelle les options « produits dérivés », puisque leur prix est dérivé de la valeur de l'actif sous-jacent. Le prix d'une option, soit la prime payée par l'acheteur, est déterminé au moyen de facteurs comme le cours de l'actif sous-jacent, la durée jusqu'à l'échéance de l'option ainsi que la volatilité de l'actif sous-jacent.

Afin de connaître le moment approprié pour acheter des options ainsi que la stratégie à adopter, il faut tout d'abord avoir un avis au sujet de la hausse ou de la baisse éventuelle de l'actif sous-jacent. Selon ce que nous voulons accomplir et notre opinion concernant le cours futur de l'actif sous-jacent, diverses stratégies d'options s'offrent à nous. Examinons trois stratégies d'options courantes qui se fondent sur des actions comme actifs sous-jacents.

Supposons que nous croyons que le cours d'une action va augmenter. Il s'agit de la première étape : se forger une opinion. Pour donner suite, nous pourrions acheter une option d'achat. Si nous avons vu juste et que le cours de l'action augmente, deux choix s'offrent alors à nous : « exercer » l'option pour acheter l'action au prix d'exercice convenu dans le contrat, en supposant que celui-ci est maintenant inférieur au cours actuel du marché, ou encore vendre à profit le contrat d'option en tant que tel, dont le prix aura également augmenté en raison de la hausse du cours de l'action sous-jacente.

Nous pourrions également croire que le cours d'une des actions que nous détenons augmentera, mais seulement de manière très graduelle. Là encore, il s'agit d'une opinion. Pour essayer de réaliser un gain à court terme sur une action, il est possible de vendre une option d'achat couverte. Si le cours de l'action reste inférieur au prix d'exercice, nous pouvons alors conserver l'action et la prime tirée de la vente de l'option. Cette stratégie peut être une bonne façon de générer un revenu supplémentaire à partir de placements que nous détenons déjà. Par contre, si le cours de l'action montait, nous serions obligés de vendre l'action à l'acheteur de l'option, et ce, au prix d'exercice.

Nous pourrions aussi estimer que le cours d'une action que nous détenons chutera à court terme et vouloir protéger notre placement d'une possible perte. Dans ce cas, nous pourrions acheter une option de vente sur l'action, ce qui offrirait une protection semblable à une assurance. L'achat d'une option de vente permet d'immobiliser un prix de vente minimal, qui correspond au prix d'exercice. Si le cours de l'action passe sous le prix d'exercice, comme nous nous y attendions, le contrat d'option est alors dans le cours et nous pouvons tirer profit de la vente de l'option de vente ou encore de la vente de l'action au prix d'exercice. Cependant, si le cours de l'action augmentait, nous perdrions le montant déboursé pour l'option de vente... mais notre action aurait au moins pris de la valeur!

Comme les options sont des placements complexes susceptibles de mettre en œuvre des stratégies avancées à risque élevé, il est important que vous compreniez bien les risques liés aux options avant de commencer à en négocier dans votre portefeuille. Il est aussi important que vous suiviez de près vos placements et que vous connaissiez toujours le degré de risque que vous assumez. Utilisez un compte fictif pour faire l’essai sans risque de la négociation d’options!

Académie des placements. Le savoir soutient le succès. Visitez maintenant.

RBC Placements en Direct Inc. et Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affiliées. RBC Placements en Direct Inc. est une filiale en propriété exclusive de Banque Royale du Canada et elle est membre de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et du Fonds canadien de protection des épargnants. Banque Royale du Canada et certains de ses émetteurs sont reliés à RBC Placements en Direct Inc. RBC Placements en Direct Inc. ne fournit pas de conseils en placement et ne fait pas de recommandations concernant l’achat ou la vente de titres. Les investisseurs sont responsables de leurs décisions de placement. RBC Placements en Direct est un nom commercial utilisé par RBC Placements en Direct Inc. ®/MC Marque(s) de commerce de Banque Royale du Canada. RBC et Banque Royale sont des marques déposées de Banque Royale du Canada. Utilisation sous licence. © Banque Royale du Canada, 2019. Tous droits réservés.

Les opinions exprimées dans cette publication sont d’intérêt général et ne reflètent pas nécessairement les opinions de RBC Placements en Direct. Par ailleurs, les produits, services et titres mentionnés dans cette publication sont offerts uniquement au Canada et dans les autres territoires où la loi autorise leur mise en vente. Si vous n’êtes pas actuellement résident du Canada, vous ne devez pas accéder à l’information accessible sur le site Web de RBC Placements en Direct.

> Prochaine: Que sont les options et comment fonctionnent-elles?

EXPLOREZ DAVANTAGE
Une tête de fil portant des écouteurs reliant les actions les plus échangées du mois dernier.

Les 10 actions et FNB les plus négociés en mars 2024

Voici les actions que les clients de RBC Placements en Direct ont le plus négociées et ajoutées à leur liste de cotes en mars.

Une tête de fil avec des lunettes VR reliant les actions les plus négociées du mois dernier.

Les 10 actions et FNB les plus négociés en février 2024

Voici les actions que les clients de RBC Placements en Direct ont le plus négociées et ajoutées à leur liste de cotes en février.

Maisons placées sous récipient en verre.

Vais-je obtenir un feuillet fiscal pour le nouveau CELIAPP?

Voyez dans quelles conditions vous pourriez recevoir un feuillet fiscal pour le CELIAPP.