Sauter la barre de navigation du haut Passer au contenu principal
Illustration d’un graphique d’actions sur un porte-monnaie.

Pourquoi les investisseurs achètent des actions

Les notions de base des marchés boursiers vous sont probablement plus familières que vous ne le croyez.

Il reste peut-être toutefois quelques zones d’ombre – pourquoi investit-on dans le marché, ce qui influe sur le prix d’une action et ces références à des animaux pour désigner les marchés haussiers et baissiers en anglais (bull et bear).

Vous n’êtes pas seul. La plupart des Canadiens admettent ne pas tout comprendre des finances. Et les actions sont un sujet très vaste.

Titres, valeurs et actions font référence à la même chose. Peu importe le terme employé, les actions sont généralement classées en deux catégories : ordinaires et privilégiées.

La plupart des actions émises font partie de la catégorie des actions ordinaires. Elles sont habituellement assorties de droits de vote, le plus souvent un vote par action, qui donnent au porteur le pouvoir d’influer sur les décisions de la société, comme décider qui siège au conseil d’administration. Ce conseil embauche et licencie le chef de la direction et décide du montant des bénéfices distribués aux actionnaires. Les actions privilégiées ne procurent pas de droits de vote, mais prévoient le versement d’un dividende fixe.

Les dividendes sont l’une des principales façons pour les actionnaires de tirer profit de leurs actions. Une hausse de la valeur intrinsèque de l’action, ou du bénéfice par action, en est une autre. Une augmentation de l’évaluation des bénéfices ou d’autres actifs d’une société, mesurée par le ratio cours-bénéfice, en est une troisième.

Lorsque vous achetez une action, vous obtenez en fait une participation dans la société. Votre participation vous donne droit à un certain pourcentage des bénéfices de la société – et de ses pertes.

Qu’est-ce qui influe sur le prix d’une action?

En termes simples, le marché est une vente aux enchères où les prix sont déterminés selon la loi de l’offre et de la demande. Lorsque la demande excède l’offre, les vendeurs peuvent demander un prix plus élevé. Lorsque l’offre excède la demande, les acheteurs peuvent demander un prix moins élevé.

Prévoir la demande est ce qui pose problème. Elle peut augmenter ou baisser en fonction de nombreux facteurs – nouvelles d’une société donnée ou du secteur d’activité, indicateurs de l’économie en général, incertitudes politiques, même les répercussions des phénomènes météorologiques.

Nouvelles de la société
Vous en avez déjà été témoin. Une société annonce un nouveau produit prometteur et le prix de son action bondit. Elle annonce une violation de la cybersécurité et le prix de son action chute. Mises à pied, fusions ou acquisitions, changements au sein de la direction, scandales de fraude – toutes ces nouvelles influent sur le cours des actions, tandis que les investisseurs tentent de déterminer si la manchette entraînera un gain ou une perte pour les actionnaires.

Nouvelles du secteur d’activité
Les bonnes nouvelles provenant d’une société ont parfois des répercussions sur l’ensemble du secteur d’activité. Par exemple, lorsqu’un constructeur automobile prévoit une hausse de la demande de voitures, le prix des actions d’autres constructeurs automobiles pourrait aussi augmenter. En fait, la nouvelle peut faire grimper le cours des actions d’autres biens de consommation – chaussures de sport, produits électroniques, secteur détail – surtout si elle signale un redressement de l’économie. À l’inverse, les mauvaises nouvelles peuvent tous les faire chuter.

Avant d’investir, il est toujours bon de faire des recherches afin de vous assurer qu’un placement convient à votre situation.

Nouvelles économiques

Lorsque l’économie s’accélère, que des emplois sont créés et que la demande de biens et services augmente, l’appétit pour les actions croît aussi, car l’on s’attend à ce que les sociétés génèrent davantage de bénéfices. À l’inverse, lorsque l’économie ralentit ou fléchit, le prix des actions stagne ou baisse, car l’on s’attend à une baisse des bénéfices.

Un marché de l’emploi vigoureux et une forte progression du produit intérieur brut signifient que le secteur de la consommation se porte bien, ce qui peut s’avérer positif pour les actions. Toutefois, cela peut aussi entraîner une hausse des prix à la consommation (inflation) à la faveur d’une demande de biens plus forte. L’inflation risque de nuire aux ventes et aux bénéfices, particulièrement lorsqu’elle entraîne une hausse des taux d’intérêt.
C’est pourquoi les investisseurs restent à l’affût des perspectives économiques et épluchent les données, à la recherche d’indicateurs sur l’évolution de l’économie.

Marché haussier (bull) ou baissier (bear) : une question d’humeur
Voyons maintenant ce que signifient ces références animalières. Lorsque les investisseurs ont confiance dans le marché boursier, ils foncent comme des taureaux, achètent plus d’actions et font grimper les prix. Lorsqu’ils sont craintifs, ils tombent en hibernation comme un ours, vendent leurs actions et font chuter les prix.

Pourquoi faire référence aux taureaux et aux ours? Cela est lié à la façon dont ils attaquent. Les taureaux frappent avec leurs cornes de bas en haut, tandis que les ours frappent avec leurs pattes de haut en bas!

Académie des placements. Le savoir soutient le succès. Visitez maintenant.

RBC Placements en Direct Inc. et Banque Royale du Canada sont des entités juridiques distinctes et affiliées. RBC Placements en Direct Inc. est une filiale en propriété exclusive de Banque Royale du Canada et elle est membre de l’Organisme canadien de réglementation du commerce des valeurs mobilières et du Fonds canadien de protection des épargnants. Banque Royale du Canada et certains de ses émetteurs sont reliés à RBC Placements en Direct Inc. RBC Placements en Direct Inc. ne fournit pas de conseils en placement et ne fait pas de recommandations concernant l’achat ou la vente de titres. Les investisseurs sont responsables de leurs décisions de placement. RBC Placements en Direct est un nom commercial utilisé par RBC Placements en Direct Inc. ®/MC Marque(s) de commerce de Banque Royale du Canada. RBC et Banque Royale sont des marques déposées de Banque Royale du Canada. Utilisation sous licence. © Banque Royale du Canada, 2019. Tous droits réservés.

Les opinions exprimées dans cette publication sont d’intérêt général et ne reflètent pas nécessairement les opinions de RBC Placements en Direct. Par ailleurs, les produits, services et titres mentionnés dans cette publication sont offerts uniquement au Canada et dans les autres territoires où la loi autorise leur mise en vente. Si vous n’êtes pas actuellement résident du Canada, vous ne devez pas accéder à l’information accessible sur le site Web de RBC Placements en Direct.

> Prochaine: Titres, parts ou actions : peu importe comment vous les appelez, voici de quoi il s’agit

EXPLOREZ DAVANTAGE
Mains tenant des pièces de puzzle connectées

Devrais-je avoir un REER, un CELI ou les deux?

Au lieu de choisir entre un REER et un CELI, l’investisseur Canadien peut détenir les deux et combiner leurs avantages.

Une tête de fil portant un chapeau reliant les actions les plus négociées du mois dernier.

Les 10 actions et FNB les plus négociés en mai 2024

Voici les actions que les clients de RBC Placements en Direct ont le plus négociées et ajoutées à leur liste de cotes en mai.

Une tête de fil portant une casquette de baseball reliant les actions les plus négociées du mois der

Les 10 actions et FNB les plus négociés en avril 2024

Voici les actions que les clients de RBC Placements en Direct ont le plus négociées et ajoutées à leur liste de cotes en avril.